Devenir Essayeur Automobile Magazine

Une vingtaine d’essayeurs évolue quotidiennement sur l’une des 21 pistes d’essai du site Michelin de Ladoux, à proximité de Clermont-Ferrand (63). Au volant d'une BMW Série 3, sur la piste mouillée 3bis, dite du canard, arrosée méticuleusement pour obtenir une épaisseur de 1 mm d’eau, Pierre-Antoine Grégoire décrit son métier, son cursus et les qualités qu’il faut posséder. Parmi celles-ci, résume-t-il "Il faut être capable de conduire en drift un tour complet de circuit tout en parlant, ce qui prouve que le geste est totalement déconnecté de la pensée, que nous sommes dans le domaine du reflex, permettant de se concentrer pleinement sur l’analyse du pneumatique". Découvrez cette interview en vidéo.

Un chronomètre comme seul appareil de mesure

Chez Michelin, l’analyse du pneumatique est toujours réalisée en aveugle face à un pneu référence qui peut-être la génération antérieure ou une gomme concurrente. Sur la piste mouillée, les essayeurs ne s’occupent que d’analyse subjective. Seul appareil de mesures : un chronomètre qui permet, en enchainant les tours à haute vitesse, de mesurer l’efficacité de la gomme. Mais Pierre-Antoine Grégoire s’empresse d’ajouter que l’analyse des réactions du pneu, de la progressivité, de la facilité de remise en ligne sont des points tout autant importants.
Entre chaque rotation de trains de pneumatiques, le jeune essayeur maison prend le temps de remplir sa feuille d’analyse (tenue secrète) à chaud. Mais ce qu’il préfère, assure-t-il, « C’est emmener avec moi le développeur pour qu’il y ait un échange plus constructif encore en fonction des réactions de la voiture ».

Comme Pierre-Antoine, la plupart des essayeurs Michelin ont été recrutés en interne. Ils viennent souvent des bureaux d’études et manifestent un gout pour la conduite sportive. S’ils ont la chance d’être sélectionnés, ils doivent suivre une formation de deux années à la conduite et à l’analyse comportementale du pneumatique. Ensuite, rares sont ceux qui demandent à changer de poste. Il faut dire qu’user de la gomme avec le Puy de Dôme enneigé en ligne de mire, il y a pire comme conditions de travail.

Retrouvez notre vidéo de Pierre-Antoine Grégoire, essayeur chez Michelin.

Photo : Christian Martin / EMAS

Voir les sujets liés :Pneu, Michelin, Circuit, Profession, Essayeur.

L’automobile est un monde qui fait rêver mais peut-on réellement en vivre. Caradisiac répond à cette question avec une grande enquête remplie de chiffres. A vos blocs-notes pour savoir si vous devez changer de métiers.

Aborder le thème des salaires en France est toujours aussi tabou. Mis à part certains revenus de personnes célèbres, il est très difficile de d’obtenir des chiffres précis. Comme c’est un domaine très large, les écarts de salaire sont énormes. Ainsi, on passe de Michaël Schumacher qui gagne près de 65 millions d’euros à un moniteur d’auto-école qui débute sa carrière à 1 100 € brut.

Le nombre de métier étant presque sans fin, nous avons donc choisi de mettre en place 6 catégories : sport, concession, media, usine, constructeurs et divers qui couvrent la globalité du monde de l’automobile.

A titre indicatif et pour ceux qui souhaiteraient changer d’orientation professionnelle, sachez qu’un mécanicien dans une concession débute sa carrière à environ 1 500 € brut/an. Si les forces de l’ordre vous tentent plus, il est toujours bon de savoir qu’un lieutenant de gendarmerie gagne 2400 € net/mois.

Bien entendu, ces chiffres sont une moyenne nationale.

Sport

Pilote F1: Michael Schumacher : 65 millions d’euros net /an

Futur retraité, Michael Schumacher avec ses 7 titres de champions du monde et sa série de plus de 90 victoires en cours va marquer l’histoire de la F1. L’un des plus grands pilotes de cette catégorie perçoit donc des revenus au niveau de son talent c’est à dire exceptionnels. Comptez donc 65 millions d’euros net /an mais ce chiffre déjà énorme ne prend pas en compte les contrats publicitaires. Nous vous laissons imaginer la somme globale.

Mécanicien F1 : 3 000 euros net /mois

Métier de l’ombre dans un univers de paillettes, les mécaniciens sont des petites fourmis indispensables au bon fonctionnement du Continental Circus. Responsable des changements des pneus, de la suspension ou même du très sensible moteur, ces hommes, le plus souvent âgés d’une trentaine d’années, passent leur vie à voyager. Même s’ils côtoient des pilotes illustres, leur salaire n’a rien à voir avec les leurs. Peu d’élus mais de belles carrières en perspective. Préférez les équipes anglaises qui rémunèrent mieux que les françaises.

Concession

Directeur : 6 000-8 000 € brut/mois selon l’importance de la concession A l’heure où de plus en plus de constructeurs prennent en mains leur réseau de distribution, le responsable d’une concession est devenu un employé comme les autres. Seul son salaire et sa charge de travail sont nettement plus conséquents qu’un cadre plus classique.

Responsable VO/VN : 3 000 € brut/mois

Coacher une équipe de vendeurs, voici le principal travail d’un responsable VO ou VN. Métier relativement contraignant au niveau des horaires, il faudra également supporter une pression de la part de la direction concernant les objectifs de vente à atteindre. Personnes sensibles au stress s’abstenir. Des études commerciales ou marketing sont un bon début.

Mécanicien : env 1 500 brut/mois (en début de carrière)

Profession considérée comme peu valorisante, ce savoir-faire est actuellement très recherché. Accessible grâce à plusieurs types d’étude (apprentissage, BEP ou Bac Pro), les plus doués peuvent se forger une belle carrière et accéder même pour les plus doués ou motivés à la compétition.

Media

Journaliste essayeur confirmé : 2 500 à 4 000 € net/ mois

Voilà un métier qui fait rêver tous les amoureux d’automobiles. Pouvoir essayer des nouveaux modèles en avant-première est un privilège réservé à peu de personnes. Plaisir de conduite, notion de pilotage, sens de l’analyse et talent d’écriture sont les principaux critères nécessaires.

Directeur de publication d’un grand magazine automobile : 100 000 – 150 000 €/an

A la tête du groupe de presse ou d’un grand média, ce métier est au cœur de l’actualité. Il dirige une ou plusieurs rédactions et doit être au cours de tout ce qui se passe dans le monde. Le recul sur les évènements est nécessaire et même obligatoire.

PDG de site internet automobile : 8000 € net/mois + primes diverses Média incontournable de nos jours, internet a permis de bâtir de belles aventures. Caradisiac est l’une d’elles mais il y a en d’autres. Les patrons de ces sociétés doivent être à l’écoute des dernières nouveautés technologies qui permettront de se différencier mais surtout de distancer la concurrence. Chasseur de scoops : 500 – 15 000 €/photo

Toujours à l’affût d’un scoop ou d’un futur modèle, ces hommes ne sont pas rémunérés par mois mais à la photo. Leur but est de trouver LA photo que personne n’est arrivé à débusquer et que vous pourrez monnayer aux environs de 15 000 €. Si vous souhaitez vendre vos clichés à la presse française, privilégiez les modèles tricolores. Pas besoin de formations précises, il faut être débrouillards et bien sûr bon photographe.

Usine

Chef de département : 4 000- 6 000 € brut/mois

Gérer l’atelier peinture ou l’assemblage dans une usine n’est pas une mince tache. Peu de droit à l’erreur et forte pression sont au programmes.

Ouvrier : 1 500 € brut/mois (débutant)

Travailler à la chaîne n’a rien de bien excitant. Toutefois, pour certains métiers, aucune qualification n’est exigée. Le salaire n’est pas formidable mais celui-ci peut être complété par des primes et par des avantages sociaux relativement intéressants.

Constructeur :

PDG : Carlos Ghosn (PDG de Renault) : 5,2 millions d’euros nets/an

Le PDG représente pour certains une consécration professionnelle. Attention, toutefois car ce siège peut être également éjectable. Carlos Ghosn est sûrement le PDG le plus en vogue actuellement. Président du groupe Renault-Nissan, il est considéré par beaucoup comme le PDG le plus talentueux de sa génération.

Chef de gamme : 6 000-7 000 € net/mois

Participer à l’élaboration d’un modèle, choisir les orientations, les tarifs et décider des restyling, voici les principales fonctions d’un chef de gamme. Ce poste est parfois un ascenseur social très rapide. Ainsi Carlos Tavares, vice-président de Nissan était auparavant chef de gamme Renault Mégane chez le constructeur au losange.

Designer expérimenté : 4 000 €-5 600 € net/mois

Tous ceux qui aiment l’automobile et qui ont quelques talents avec un crayon rêvent de pouvoir devenir designer et d’égaler certains grands noms de la profession comme Pininfarina, Sbarro, Le Quément ou Ploué.

Divers

Taxi : 1 600-1700 brut/mois

Indissociable du paysage urbain, le monde des taxis est complexe car il existe de très nombreux statuts (employés, franchisés ou indépendants) . Métier très exigeant concernant les horaires, vous pourrez en revanche arrondir vos fins de mois avec des pourboires parfois généreux.

Auto-école : 1 100 € bruts/mois pour un débutant

Sens de la communication, de la pédagogie, de la patience mais également avoir le cœur bien accroché pour pouvoir affronter certaines situations, telles sont les principales qualités que doivent avoir les candidats à cette aventure.

Pompiste : 14 000- 20 000 € brut/an

Même si les prix des carburants s’envolent régulièrement, il ne faut pas croire pour autant qu’il en est de même des salaires des employés qui restent très proches du SMIC.

Lieutenant de gendarmerie : 2400 € net/mois

« Amis » de tous les automobilistes, les forces de l’ordre ne sont pas forcément des amateurs d’automobiles même s’ils roulent depuis peu en Subaru WRX STI. Si ce métier vous intéresse, il faudra intégrer l’armée.

Lire aussi

Forum

Categories: 1

0 Replies to “Devenir Essayeur Automobile Magazine”

Leave a comment

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *